Version sans Flash

John: Conflit armé

John est militaire et revient d’une mission de paix en Afghanistan. Ils ont été visé, lui et son compagnon, par un tireur embusqué. Son ami a été tué sous ses yeux et a été défiguré sous l’impact de la balle. John qui a été éclaboussé par le sang a ressenti un dégoût profond. Il a aussi été effrayé ne sachant pas où était ce tireur. John se demande comment il se fait qu’il ne soit pas mort aussi. De retour au camp, il a été pris de violents maux de tête.

Réactions et symptômes :

Depuis, l’image du visage de son ami mort et défiguré surgit du néant et vient le hanter. Il est incapable de voir de la viande ou du sang sans repenser à son compagnon. Parfois, quand il y a du bruit dehors, il croit entendre des tirs et commence à revoir les images de la scène traumatique. A ce moment-là, John a le cœur qui s’emballe et sue abondamment. Il ressent également l’envie de se coucher par terre pour se protéger mais résiste, sachant que ce n’est pas réel.

John ne se souvient pas de ses rêves mais sa femme dit qu'il parle dans son sommeil. De plus, il se réveille fréquemment en sursaut, tout détrempé et paniqué. Les sursauts que fait John sont si intenses que sa femme préfère faire chambre à part.

Pour John, être saoul est une façon d’oublier le profond dégoût qu’il a ressenti et d’anesthésier la douleur. La personnalité de John a aussi changé. Il se met en colère plus rapidement qu’avant et a de la difficulté à se contrôler, ce qui l’amène à s’isoler. Il a également des douleurs chroniques à une épaule et aux articulations qui sont pour lui un rappel constant de son trauma. Il a aussi d’autres troubles médicaux inexpliqués qui l’inquiètent beaucoup et pour lequel il reçoit des tas de médicaments.

Aujourd’hui, John évite tout ce qui peut lui rappeler son trauma comme le rayon des viandes au supermarché, les feux d’artifice ou tout simplement les informations à la télévision. Il ne parle jamais à ses proches de ce qu’il a vécu « parce qu’ils ne pourraient pas comprendre ». Tous ses amis sont des militaires ou d’ex-militaires.

L’avis du psychologue :

Les expériences de John sont fréquentes chez les soldats en mission de paix. Ils peuvent, lors de certains conflits armés particulièrement traumatisants, développer un trouble de stress post-traumatique. Les soldats présentent souvent des douleurs chroniques. Ils sont également davantage sujets que d’autres aux troubles de l'impulsivité.

Événement traumatique et réponse péritraumatique

John a ressenti une peur extrême pendant l’événement traumatique et a été très choqué par la vision de son collègue se faisant défigurer.

Trouble de stress post-traumatique

John présente depuis l’attaque des symptômes de troubles de stress post-traumatiques :

  • Pensées intrusives et cauchemars : John fait des cauchemars pratiquement toutes les nuits. Il lui arrive parfois de faire difficilement la part entre le souvenir et la réalité.
  • Réactions physiologiques : lorsqu’il revit cet événement, John a des réactions physiologiques analogues à celle qu’il a eu lors de l’attaque. Il a donc une extrême sudation et son rythme cardiaque s’accélère.
  • Troubles du comportement : John fait preuve parfois d’agressivité ou de colère qu’il peut difficilement contrôler.
  • Troubles du sommeil : John a des difficultés pour dormir
  • Evitement : John est incapable d’assister à un feu d’artifice ou d’aller au rayon des viandes du supermarché. Il refuse de parler de son trauma à quiconque et a peu de contacts sociaux.
  • Addiction à l’alcool : Des personnes ont parfois tendance à vouloir calmer leurs angoisses très fortes avec de l’alcool, de la drogue ou l’excès de médicaments.

Troubles associés

  • Troubles somatiques : On peut parfois observer des douleurs inexpliquées, ainsi qu’une fatigue extrême et des céphalées après un événement traumatique.

Mis à jour: 1/1/2010 | © info-trauma 2009